Publié le 10 Février 2006

Continuons avec les photo du Cotentin.
Aujourd'hui, des bateaux à contre-jour à Saint-Vaast la hougue, (prononcer Saint vâ-â-â, en traînant un peu sur les â) ...dans le Val-de-Saire.
La Hague est sur la côte nord et ouest, le Val -de-Saire est au nord, et à l'est.
Le port de Saint-Vaast, avec celui de Barfleur, sont les deux ports pittoresques du val -de-Saire.
Ne manquez pas si vous allez dans ce coin de visiter l'île de Tatihou....




Publié le 8 Février 2006



Celui qui aime la mer l'aimera bleue, calme, lisse comme un miroir, odorante... La mer d'été, où les voix des gens sont toutes petites sur la plage, comme une chanson murmurée.

Verte, glauque, changeante, incertaine... Cachant le poisson, la bête aux formes étranges, berçant l'épave qui flotte.

Furieuse, grise, tapageuse, cruelle... Roulant furieusement les galets, crâchant sa mousse haut dans le ciel, tapant de son boutoir les roches, les quais, la côte incertaine.




Normandie - Cotentin - Tempête au Becquet de Tourlaville



L'homme et la mer


Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !


Charles Baudelaire


Publié le 7 Février 2006



Le pays sculpté par le vent



Un petit tour dans la Hague, avec ses paysages sauvages et abruptes...



Normandie - Cotentin - Baie d'écalgrain



Il y a quelques années, sur mon site perso :
http://perso.wanadoo.fr/serge.passions/la_hague.htm
j'évoquais le sentier des douaniers, sentier pour bons marcheurs, sentier casse-pattes, à parcourir l'hiver ou l'été, selon les impressions que l'on veut conserver.
Sentier des fraudeurs, au 19ème siècle, ou l'on trafiquait beaucoup avec les îles anglo-normandes...


La Hague avec ses paysages de landes déserte, ses bruyères , ses roches hérissées, ses sentiers escarpés, plaira particulièrement aux amoureux de la nature. Galets, dunes, mares, viennent rompre l'âpreté du décors, si souvent choisi par les réalisateurs de cinéma et de télévision. Il y fait si bon vivre que nombre d'entre eux y sont venus habiter.

Au loin , le Nez de Jobourg se dresse dans les brumes. Quelques coteaux plus loin apparaît la silhouette  du prieuré de st. hermel, bâti pour résister au vent. La grande vallée s'enfonce dans les terres , un filet d'argent sinue sous les maigres arbres tordus par le vent. Vallonnements majestueux, beiges, verts, mauves. Les prairies d'herbes sèches s'agitent comme les vagues de l'océan, sous le souffle du vent marin. Parmi les fougères rousses, la bruyère se rouille déjà. Le "bouais jan" est ras et encore peu fleuri.

Un mois plus tôt, les papillons azurés pompaient le nectar dans les urnes des callunes...

Puis les collines se font plateau, champs immenses sans barrières ou les bêtes vont libres.


Normandie - Cotentin - La Hague.
Au loin, la plage de Vauville, les dunes.


La mer est partout présente en Cotentin. Au nord, à l'est, à l'ouest...
Aussi, je vous propose ce poème en patois normand du Cotentin.



Le rot de la mé
   


Quaund lus gens sount partis, ch' est pouor les syins qui restent
Qué l' rot d' la mé, l' hivé, s' amount' dauns nous hammiaos.
Oh mé, fais doun graund brit. Ch' est pouor les syins qui restent.
Travâl'nt-i, ou groum'nt-i, meur'nt-i dauns lus batiaos ?

Brit d' la mé, nyit d' hivé, cha qué j' té troue terriblle
Brit d' la mé, seir d' Avri, t' es itou men anmin.
T'entenr' sauns trembllaer-nun, pouor mei ch' est imposiblle,
Ch' est coumm' le rabâch'ment d' eune horreu d' litanîn.

J' m' en vyins guettyi la mé qui s' nînt dauns la brunâle,
Dreit coumm' l'iao s'anerchit, à la timbae d' la nyit.
Oû pus p'tit écllipet, dauns m'n idae touot tressâle,
J' pense es péris d' hiyi, j' pense es pêqueus d' anhyi.

Men quoeu est chens haôt-bas quaund s' ent'suuz'nt vagu's su vagues
Qui s' mât'nt coumm' des poulans et cllaqu'nt à graunds couops d' ran
Su la falais' qu' o lèqu'nt, et qu' o pèl'nt, et qu' o haguent,
Mais la falais', croquie, ritounne en dépuraunt.

J' i trachi byin oû louen, quaund j’étais enco d' âge
J' i veu des mouories d' gens et j’lu d'maundais lu qu'min,
Et y-où qu' i surbutaient s' ils 'taient lassaés d' lu viage,
Touot boun'ment, et d'où vyint, pyich' né m' ount répounin.

Mei, j' entends la buulouos', jé sais qu' la mé affole,
Et qu' i y-a d' la minsèr' dauns ma taêt', dauns men quoeu.
mei, j' entends l' rot d' la mé qui chaunte, et rit, et niole.
Fais doun du brit, la mé, j' creis qu' ch' est pouor mei touot seu !

     

Côtis-Capel - Raz-Bannes



Quelque liens pour mieux découvrir cette Normandie sauvage :


1
2


Publié le 6 Février 2006



Avec le nouveau look du blog, qui me permet comme je vous le disais, de mettre des photos plus grandes, il y a aussi les vieilles photos d'archive qui ressortent.

Nous avons accumulé depuis 30 ans, beaucoup de photos argentiques, et surtout beaucoup de diapositives couleur.
Nous avons maintenant la possibilité de les scanner.

Pour commencer, le port et les bateaux de pêche...
Comme on le voit, les petits bateaux de pêche étaient bien entretenus, et peints de belles couleurs.

Un bateau de Dieppe à Cherbourg

Nuances de verts et de bleus dans l'avant-port de Cherbourg



Publié le 6 Février 2006

OB est réparé !
je suis toujours sur le look de mon blog .
Pas de chance, OB refonctionne.... et c'est Mezimages, qui héberge mes photos, qui est en rade....
Tout cela n'est pas cool !
J'espère que demain, le relookage sera bien avancé.... et que vous aurez un nouvel article avec une photo.  

Rédigé par Serge Passions

Publié dans #Autres - divers

Publié le 5 Février 2006


Bonjour à toutes et à tous....
Afin de vous offirir des photos plus grandes, mon blog perd une colonne.
Mais cela entraîne des modifications en cascade !
Changement de couleurs de texte, et autres fantaisies...
Hélas, justement, aujourd'hui, Overblog à des soucis.... Impossible de faire certaines modifications....
Soyez patients.... Le blog de Serge va revenir avec une nouvelle présentation bientôt !
Au bon vouloir d'OB ! :-)

Rédigé par Serge Passions

Publié dans #Autres - divers

Publié le 3 Février 2006


J'irai revoir ma  Normandie


Quand tout renaît à l'espérance,
Et que l'hiver fuit loin de nous,
Sous le beau ciel de notre France,
Quand le soleil revient plus doux,
Quand la nature est reverdie,
Quand l'hirondelle est de retour,
J'aime à revoir ma Normandie !
C'est le pays qui m'a donné le jour.


J'ai vu les champs de l'Helvétie,
Et ses chalets et ses glaciers ;
J'ai vu le ciel de l'Italie,
Et Venise et ses gondoliers.
En saluant chaque patrie,
Je me disais : aucun séjour
N'est plus beau que ma Normandie !
C'est le pays qui m'a donné le jour.


Il est un âge dans la vie,
Où chaque rêve doit finir,
Un âge où l'âme recueillie
A besoin de se souvenir.
Lorsque ma muse refroidie
Aura fini ses chants d'amour,
J'irai revoir ma Normandie !
C'est le pays qui m'a donné le jour.


Frédéric Bérat
(Rouen 1801- Paris 1855)


Frédéric Bérat est né à Rouen le 11 mars 1801.

Il a composé et écrit l'hymne régionnal probablement le plus connu, sur le bateau qui le menait de Rouen au Havre. Créée pour la chanteuse Loïsa Pujet, la chanson obtint immédiatement un succès considérable et fut vendue à 45 000 exemplaires lors de sa parution.