Publié le 8 Mars 2006

S'il est un spectacle qui marque les gens, c'est bien un coucher ou un lever de soleil sur la mer...
Mer de braise, mer de feu, soleil qui s'abîme dans la mer immense...
La mer est reposée, va bleuir, s'éteindre...
Pendant un court instant, quand le globe celeste va toucher l'horizon, nous allons tous attendre le "rayon vert", sublime clin d'oeil de la nature aux hommes...
Je n'ai encore jamais vu le rayon vert... mais j'espère !



Normandie - Cotentin - Bretteville-sur-mer
Les tamaris se découpent sur la mer, le soleil va plonger dans les flots



Le soleil est une pâle orange qui plonge dans une citronnade acidulée


Publié le 7 Mars 2006


La mer en furie est toujours un beau spectacle. Retournons au Becquet de Tourlaville pour admirer les vagues se brisant sur la digue du petit port.
Pas bon de se promener sur les quais... 
Mais respirer l'air marin, avoir le visage fouetté d'eau marine n'est pas si désagréable que cela.



Normandie - Cotentin - Le port du Becquet



Publié le 6 Mars 2006


Nous admirons tous les fleurs remarquables, la rose, la pivoine, la tulipe, le lis.
Il y a  des fleurs plus modestes, que souvent on ne regarde pas, dont on ignore les noms...
Toutes ensemble font le tableau si merveilleux de la nature sauvage.
La nature, peintre talentueux, use de mille pinceaux subtiles, modestes, aux touches innombrables...




Naissance


Prunellier ou Epine noire


Le prunellier qui orne nos haie, fleurit comme un voile de mariée, sur son bois nu, au printemps...
Il se défend avec ses redoutables épines longues et accérées...
Les plus belles épines, assurémént, de nos plantes sauvages de France.

Plus tard viennent les prunelles, petits fruits au gros noyau, d'un bleu violet, pruiné,  inmangeables sans préparation...
Chez nous, on les met dans le calvados et on laisse vieillir...

Mais les gamins téméraires les mangent sur place en dissimulant leurs grimaces...

Publié le 5 Mars 2006

Vous avez du voir cette photo, ou une photo proche, sur le blog de Guy-Noël...
La même diapositive est à l'origine de ces images....
J'ai laissé de la liberté aux improvisations des filtres numériques, et je vous présente deux atmosphères différentes...
Comme à l'habitude, chacun aura sa préférence....




Soir mauve et violet



Matin de printemps


Publié le 4 Mars 2006


Lorsque la mer se retire, par les beaux jours d'été, le soleil joue dans les flaques, fait briller les galets, donne du relief au sable mouillé.
Le ciel se décore de nuages de beau temps.
Les maisons sur le cordon des dunes sont des silhouettes.





Marée basse en Cotentin



Publié le 3 Mars 2006


Sous la neige même, le printemps se prépare... La couverture blanche protège les jeunes plantes.
Tout semble encore immobile, mais la sève pousse déjà les fleurs et les herbes à renaître. La nature attend le premier soleil tiède de mars ou de mai...
Jamais un vilain hiver n'a empêché le printemps de revenir...
Les arbres, les fleurs, les oiseaux le savent.
Les enfants aussi qui bouillonnent et attendent avec impatience d'enlever les lourds habits d'hiver...
Une sève qui leur est propre les ennerve et les rend impatients....





Sous la poussée de la sève, les jeunes plantes renaissent




Qui n'a pas appris ce poème à l'école...


PREMIER SOURIRE DE PRINTEMPS


Tandis qu’à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d’or.

Dans le verger et dans la vigne,
Il s’en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l’amandier.

La nature au lit se repose ;
Lui, descend au jardin désert
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges
Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème au pré les perce-neige
Et les violettes au bois.


Théophile GAUTIER





Publié le 2 Mars 2006




L'Iris



Les rayons du soleil se dardent sur l'enflure
D'un nuage opposé qui, rosoyant d'humeur,
Nous fera bientôt voir de l'Iris la voûture,
Peignant notre horizon de sa cambre lueur.

Ah ! la voici déjà, sa céleste présence
En bigarrant le ciel enfante divers ronds
Et découvre au soleil l'émail de sa naissance,
Qu'il a formé dardant sur elle ses rayons.

Elle fait d'un demi-rond seulement la ceinture
Dérobant la moitié de ce cercle à nos yeux,
Mélangeant ses couleurs de diverse peinture,
D'azur, de pourpre et d'or elle émaille les cieux.

Tel est le col doré des chastes colombelles,
Variant ses couleurs opposite au soleil ;
Mais encor de l'Iris les couleurs sont plus belles
Que l'émail colombin qui délecte notre oeil.

Allons donc à couvert, car cette messagère
De la reine des eaux vient pour nous annoncer
Que tantôt la moiteur de son arc circulaire
S'épurant de ses pleurs viendra nous arroser.

Le soleil à la nue oppose son visage
De ce bel arc-en-ciel pour former le voutis,
Jésus est le soleil, le monde le nuage,
La grâce le rayon, et la Vierge l'Iris.


Pierre de MARBEUF


Publié le 1 Mars 2006


Dans les souvenirs d'enfance, tout est grand, vaste...
Mais la cour d'école qui nous paraîssait si grande est bien petite.
Souvenirs d'enfance ensoleillés... On ne se souvient que des belles choses, des cousins, des oncles et des tantes, des copains...
Les jours étaient si longs, et les vacances ne devaient jamais finir.
Les odeurs, les fleurs et les sentiers poudreux renaissent...
La lumière des jours evanescents baignait toute chose.

Ainsi revenant du marais, les deux jumelles et leur petite soeur,
les bras chargés de statices sauvages d'un mauve unique baignaient dans un matin radieux...