Publié le 15 Mai 2006


Promenade champêtre et forestière aujourd'ui... En fait, promenade au Vallon-Sauvage, à Octeville...
Un bataillon d'Orchis monte la garde sous les frondaisons d'un arbre.



Orchis


L'Aubépine fleurit au mois de mai...
Son nom vient d'Alba Spina, Epine Blanche...
Je pensais donc que notre aubépine était l'épine blanche... Mais les botanistes sont venus troubler ce raisonnement si simple.
L'Aubépine a des fleurs à un "style", et l'épine blanche, à deux "styles"...
Explication sur ce site :

http://les.arbres.free.fr/fiche-aubepine.php

Il y a une aubépine près de la barrière de notre terrain. Quelle bonne odeur lorsqu'on passe à côté... Ce voile de mariée, cette floraison, ce parfum sont une enchantement...



Aubépine



Publié le 14 Mai 2006


Je vous avais montré le Viburnum Plicatum en bouton fermé...
http://passionsdeserge.over-blog.com/article-2556408.html
Le voici en fleur, et quand les boutons s'ouvrent.
Après sa floraison, cet arbuste est décoratif par son feuillage bien vert, et plié...puis à l'automne, son feuillage prend une teinte lie de vin...


Viburnum Plicatum en fleur


Viburnum Plicatum en bouton

Publié le 13 Mai 2006


Pas de problème d'identification pour cette fleur, qui est celle d'un pommier. Qui plus est, de mon pommier, un Reinette grise du Canada.



Fleur de mon pommier


Printemps mystique

Sous la lune bleue aux caresses molles,
Par le clair obscur des bois épineux,
Le Printemps s'avance aux sons lumineux
Des flûtes mêlées aux voix des citholes.

Entre des fronts blancs nimbés d'auréoles
Et des yeux rieurs d'enfants curieux,
Il passe à pas lents et mystérieux,
Et sur ses pieds nus pleuvent des corolles.

Cresson argenté, violettes fines,
Primevères d'or, pales aubépines
Tombent sur ses pas en clairs encensoirs ;

Et par les ravins, l'odorante neige
Des pommiers, fumant dans l'ombre des soirs,
Illumine Avril et son doux cortège.


Jean LORRAIN



Fleur de mon pommier - gros plan





Publié le 12 Mai 2006


Pas de cour de botanique, aujourd'hui, ni de noms savants, en "is", en "um"...
Juste un mini paysage en exemple de ce qu'on peut rencontrer dans le parc du château des Ravalet....





Azalées


Publié le 11 Mai 2006


La promenade dans le parc du château des Ravalet continue...
Gros plan sur une fleur inconnue, surement de la familles des malvacée... (je n'ai pas pensé à regarder son nom sur l'étiquette ! )...
Des Gunneras poussent un peu partout dans le parc. Cette plante immense peut avoir des feuilles de plus d'un mètre cinquante... On les voit ici à leur débuts... On remarquera aussi l'étrange et grande floraison...
D'autres photos du parc sur le blog de Guy-Noël.








Gunneras



Publié le 10 Mai 2006


Comme promis, voilà les photos de la serre du parc du château des Ravalet.
Cette serre a été construite en 1873 et 1875, lors de la restauration du château. Le parc est visitable toute l'année, et ceci gratuitement. Ces photos ont été prises le 8 mai... La meilleure période serait fin juin, début juillet, afin de profiter des floraisons, qui n'en sont qu'à leur début...
Le parc du château est le lieu de nombreuses manifestations botaniques, (conservatoire d'environ 250 espèces de dalhias)...
Très bien entretenu, il fait l'objet de nombreuses plantations.
Dans le prochain article, quelques vues du parc et des végétaux...
Vous pourrez aussi visiter le blog de Guy-Noël, qui présentera surtout plantes et massifs de ce parc, dont certaine parties sont "à la française", et d'autres, avec des plantation plus sauvages, à l'anglaise.




La serre, pelouses et massifs



La serre



La porte principale




Publié le 9 Mai 2006


Voici le début d'une série de photos sur le château des Ravalet à Tourlaville.
Pour son historique, et autres renseignements, je vous invite à lire le premier article que j'avais publié, avec l'histoire du château, et celle, étrange et mouvementée, de Julien et Marguerite de Ravalet...histoire tragique.

http://passionsdeserge.over-blog.com/article-1854337.html

Aujourd'hui, des photos du château, prise par un temps gris et ensoleillé... un peu pâlichon, et pas toujours avec la bonne lumière.
Il faudra y retourner le matin, un jour de juin ou de juillet.
Dans les prochains jours, vous découvrirez la magnifique serre, et le parc de douze hectares.



La façade du château



Le château vu du parc



Le château vu du parc



Une fenêtre renaissance typique




Publié le 8 Mai 2006


La série des photos tirées de diapositives des années 70 continue.
Les marins n'hésitent pas à donner à leurs bateaux des couleurs vives.





Photo originale
Barque bleue


Barque jaune


Publié le 7 Mai 2006



Certains jours très chauds de juillet, d'août, nous attendions le soir avec impatience, comme une promesse de fraîcheur, comme un repos pour les yeux.
L'air était lourd, épais, la lumière décolorait les choses, les fleurs des haies, des fossés, penchaient la tête... Les oiseaux s'étaient tus, cachés dans les profondeurs des bois, des fourrés.
Neuf heures du soir. la lumière baissait à peine, mais quelque chose annonçait la nuit prochaine.
A dix heures, l'air bleuissait. les ombres s'allongeaient, changeaient de couleur... la chaleur était toujours là, mais différente : elle n'avait plus cette force donnée par la lumière.
Ces jours d'été, on se couchait tard. Il était permis de sortir encore au long des chemins.
L'air était immobile, nous cheminions à pas lents sur la route délivrée. Sandales, shorts bleus, chemisettes ouvertes.
Les jours d'été, les jours des vacances, semblaient ne jamais devoir finir.
Très loin, d'une voix éteinte, un chien aboyait dans une ferme. Des insectes enivrés bourdonnaient encore, passaient vivement, disparaissaient.
Un bleu profond envahissait le ciel. les étoiles une à une s'allumaient. Le ciel comme un grand chapeau semblait retenir les dernières lueurs du jour.
Les fossés devenaient des trous sombres... La nuit était là...
...mais pas la fraîcheur.
L'air était lourd, une odeur de foin, l'odeur même des champs, planait autour de nous...
Le petit chemin, si connu, rayonnait. La maison apparaissait comme une masse noire. Un trou béant, lumineux, jaune, s'ouvrait sur la façade : la porte restée ouverte dans l'espoir d'une respiration.



Chaleur du soir

Publié le 6 Mai 2006


Cherbourg, la plage verte qui remplace l'ancienne plage artificielle... C'est là, entre l'arsenal militaire et la basilique Sainte trinité que vous verrez la statue équestre de Napoléon. Je n'ai pas une admiration particulière pour Napoléon, bien au contraire... Mais c'est la statue la plus célèbre de Cherbourg, une de ses signatures, en quelque sorte.
La plage verte est une immense pelouse, plantée de quelques groupes d'arbres, (inssufisants, a mon goût !) qui borde le port de plaisance. Il y a dans ce coin parmi les plus beaux fleurissements de la ville.




Normandie - Cherbourg - Statue de Napoléon

"J'avais résolu de renouveler à Cherbourg les merveilles de l'Egypte"


Publié le 5 Mai 2006


S'il est un endroit à Cherbourg ou l'on peut voir de beaux massifs d'azalées, "de Chine", ou "Mollis", c'est bien au Parc Emmanuel Liais...
Ce jardin ouvert au public est un des lieux les plus calmes de la ville.
Les plantations sont étiquetées, et chacun pourra s'instruire aisément.
Probablement, un jour prochain, je vous ferai visiter ce beau parc.


Azalée de chine

Publié le 4 Mai 2006


Ces pavots bisannuels ont fait leur entrée dans les massifs municipaux il y a quelques années...
Il s'agit probablement du pavot d'islande, joli, mais moins fragile, moins pur que les petits coquelicots de nos champs, et leurs variétes horticoles.




 
 

Publié le 3 Mai 2006


Voici une fleur que j'adore, au parfum très agréable... Un massif de ces giroflées embaume tout autour de lui.
Ravenelle, cela ne vous dit rien ? La rave !  Le chou. ! La giroflée nous rappelle qu'elle est une crucifère, comme le chou, la rave, le navet...
Et d'ailleur, si vous avez l'occasion de voir des choux fleuris, ou un champ de fleurs de moutarde, sentez-donc les fleurs : un douce odeur de miel vous enveloppera.





Giroflée ravenelle - Cheiranthus cheiri



Publié le 2 Mai 2006


J'ai trouvé sur Internet ce joli descriptif en "vieux françois"...
A cette adresse :

http://perso.wanadoo.fr/bernard.langellier/classvgt/scolopendre.htm

L'herbe qu'on appelle langue de serf, croist es lieux pierreux, ombrageux et montaignes : on le trouve quasi partout es jardins. On en trouve en grande abondance depuis l'esté jusque en automne. Dioscoride dit qu'elle est astrigente, icelle beue avec du vin aigre fait désenfler la ratelle. Pline dit ce mesme que Dioscoride. On dit que les pourceaux qui mangent les racines d'icelle n'ont point de ratelle.


Ne sent-on pas quand on regarde la petite feuille de droite une envie très forte de croître ?
Un besoin immodéré de se hisser vers la lumière...




Fougère Scolopendre
Phillitis scolopendrium