Vacances d'hiver - 1

Publié le 26 Novembre 2005





L'air était sec.
L'orme, au bout du chemin, grelottait sans son manteau de feuilles. Le chemin était comme "savonné", blanc, luisant et dur.
Le fossé était nu, et ce n'était pas la faute du cantonnier.
La tante nous accueillit par ses mots :
Je savais que vous arriviez, le feu "a soufflé !"
C'était le temps de Noël, nous venions de Cherbourg, passer les fêtes dans ce petit hameau de quelques maisons.
Le bassin aux poissons rouges, où une botte d'osier avait été oubliée, était pris d'une mince couche de glace.
Quand nous sortions, nous les enfants, il ne fallait pas oublier de refermer la porte !
Dés le matin, le feu brûlait dans la cheminée, seul moyen de chauffer la petite maison.
Dans les deux chambres, il n'y avait pas de chauffage.
Nos parents dépliaient un canapé dans la salle. Mon oncle et ma tante avaient leur grande chambre.
Nous, mon frère et moi, dormions dans une petite pièce donnant sur le jardin.
Les vitres étaient gercées de glace.
Le soir, on chauffait une brique dans la cheminée, on l'enveloppait de journal, et on la glissait entre les draps.
Le bon lit !
Deux couvertures, un gros édredon joufflu, deux oreillers...
On se recroquevillait en chiens de fusil, pour garder notre chaleur.
On dormait bien, en ce temps là !
Mais le matin, il y avait la toilette, l'eau froide, les vêtements glacés...
On aurait pu attendre : les parents les auraient réchauffés !
Mais nous étions trop pressés, nous sautions dans nos pantalons, en grimaçant, et vite, contournant le lit des parents, sur la pointe des pieds
( mais ils nous entendaient), nous sortions dans la cours froide et sombre...
Nous ne restions pas longtemps dehors. Nous attendions le petit déjeuner, le café au lait, les larges tranches de pain de campagne, le beurre.
Les journées étaient paisibles et froides.
Nous attendions la neige.



Rédigé par Serge Passions

Publié dans #Livres - textes

Commenter cet article
M
Même le lait en ce temps-là n'avait pas la même saveur. Et la crème que l'on se disputait pour l'étaler sur le pain...Nostalgie quand tu nous tiens! Bonne soirée Serge
Répondre
C
Tu me parais un peu en avance sur le calendrier :0055:
A+
chris
Répondre
D
bonjour,
le texte est tres beau et on s'imagine vraiment a attendre la neige !!! bravo
bonne journée
Répondre
M
Merci pour ces souvenirs ;)
Répondre