Epicerie de campagne

Publié le 6 Mars 2005

 


 


L'épicerie café de campagne de mon enfance... Un endroit hors du temps, cette épicerie !
Elle était tenue par deux demoiselles. Un passant matineux les aurait trouvées assises à une table du café, trempant de large tartines beurrées dans de grands bols de café au lait.
M. la plus âgée, était toujours vêtue d'une grande blouse noire à points blancs. Les cheveux gris étaient posés en chignon sur la tête.
Sa soeœur, qu'on voyait moins, l'aidait à servir les clients. C'était dans le café qu'on entrait d'abord, une pièce respectable, meublée de grandes tables à l'ancienne mode, et de longs bancs sans dossiers.
Une vieille horloge égrenait des sons étranges, qui imposaient le respect. Dans cette pièce, il faisait toujours sombre. Jamais les suspensions n'étaient allumées. Seules, les lueurs rougeoyantes d'une bûche affalée dans l'âtre répandaient quelque clarté.
A côté était l'épicerie mercerie. On y trouvait de tout. Ce commerce vieillot était l'un des endroits les plus calme que j'aie connu. On n'y parlait jamais fort, on y riait pas bruyamment.
C'est la que nous achetions les bonbons de fantaisie, les cordons de zan, la gomme à mâcher, les bâtons de réglisse.
Parfois, d'entre tous ces trésors surgissait un chat anonyme, poussant un bouchon de sa patte en cuillère, ou s'amusant d'une ficelle. Puis il disparaissait dans l'arrière magasin, d'où le bruit de ses jeux nous parvenait encore.
Mon frère et moi admirions la balance dont les plateaux de cuivre étincelaient. Nous respirions une odeur indéfinissable, de savon, de pain, de légumes frais, s'échappant de milles articles rangés méticuleusement dans des casiers. C'était un endroit ou le temps passait, lent, silencieux, comme les deux demoiselles L.

 

 

 

 

 

Rédigé par Serge Serge Passions

Publié dans #Livres - textes

Commenter cet article

sylvie 26/07/2007 16:46

Quel doux rêve, un texte magnifique et quelle chance d'avoir vécu cela, je ne peux que l'imaginer et je m'y vois déjà.
Merçi, j'y retrouve un peu d'humanité

isabelle 25/11/2005 13:22

Pendant 40 ans, mes grands parents ont eu une épicerie de campage. Elle etait exactement comme vous décrivez la votre. Depuis bien longtemps maintenant elle a fermé et mes grands parents s'en sont allés. Dans notre cuisine trone majestueusement la balance aux plateaux de cuivre. Merci beaucoup pour ce texte plein de souvenirs.

Serge 07/03/2005 09:11

Le petit texte ci-dessus est un souvenir d'enfance... Cela se passait vers 1956 - 60. En fait, j'ai ressorti un cahier, où, en amateur modeste, je racontais ces souvenirs... J'en mets un petit bout par-ci, par là ...

Marie 07/03/2005 09:06

Les épiceries de campagne malheureusement disparaissent de plus en plus, ce mélange d'odeurs était très agréable.
Nous n'avons plus d'humanité dans nos grandes surfaces, plus de dialogues, nous sommes dans une société de consommation.
Bises