Normandie sauvage - la Hague

Publié le 7 Février 2006



Le pays sculpté par le vent



Un petit tour dans la Hague, avec ses paysages sauvages et abruptes...



Normandie - Cotentin - Baie d'écalgrain



Il y a quelques années, sur mon site perso :
http://perso.wanadoo.fr/serge.passions/la_hague.htm
j'évoquais le sentier des douaniers, sentier pour bons marcheurs, sentier casse-pattes, à parcourir l'hiver ou l'été, selon les impressions que l'on veut conserver.
Sentier des fraudeurs, au 19ème siècle, ou l'on trafiquait beaucoup avec les îles anglo-normandes...


La Hague avec ses paysages de landes déserte, ses bruyères , ses roches hérissées, ses sentiers escarpés, plaira particulièrement aux amoureux de la nature. Galets, dunes, mares, viennent rompre l'âpreté du décors, si souvent choisi par les réalisateurs de cinéma et de télévision. Il y fait si bon vivre que nombre d'entre eux y sont venus habiter.

Au loin , le Nez de Jobourg se dresse dans les brumes. Quelques coteaux plus loin apparaît la silhouette  du prieuré de st. hermel, bâti pour résister au vent. La grande vallée s'enfonce dans les terres , un filet d'argent sinue sous les maigres arbres tordus par le vent. Vallonnements majestueux, beiges, verts, mauves. Les prairies d'herbes sèches s'agitent comme les vagues de l'océan, sous le souffle du vent marin. Parmi les fougères rousses, la bruyère se rouille déjà. Le "bouais jan" est ras et encore peu fleuri.

Un mois plus tôt, les papillons azurés pompaient le nectar dans les urnes des callunes...

Puis les collines se font plateau, champs immenses sans barrières ou les bêtes vont libres.


Normandie - Cotentin - La Hague.
Au loin, la plage de Vauville, les dunes.


La mer est partout présente en Cotentin. Au nord, à l'est, à l'ouest...
Aussi, je vous propose ce poème en patois normand du Cotentin.



Le rot de la mé
   


Quaund lus gens sount partis, ch' est pouor les syins qui restent
Qué l' rot d' la mé, l' hivé, s' amount' dauns nous hammiaos.
Oh mé, fais doun graund brit. Ch' est pouor les syins qui restent.
Travâl'nt-i, ou groum'nt-i, meur'nt-i dauns lus batiaos ?

Brit d' la mé, nyit d' hivé, cha qué j' té troue terriblle
Brit d' la mé, seir d' Avri, t' es itou men anmin.
T'entenr' sauns trembllaer-nun, pouor mei ch' est imposiblle,
Ch' est coumm' le rabâch'ment d' eune horreu d' litanîn.

J' m' en vyins guettyi la mé qui s' nînt dauns la brunâle,
Dreit coumm' l'iao s'anerchit, à la timbae d' la nyit.
Oû pus p'tit écllipet, dauns m'n idae touot tressâle,
J' pense es péris d' hiyi, j' pense es pêqueus d' anhyi.

Men quoeu est chens haôt-bas quaund s' ent'suuz'nt vagu's su vagues
Qui s' mât'nt coumm' des poulans et cllaqu'nt à graunds couops d' ran
Su la falais' qu' o lèqu'nt, et qu' o pèl'nt, et qu' o haguent,
Mais la falais', croquie, ritounne en dépuraunt.

J' i trachi byin oû louen, quaund j’étais enco d' âge
J' i veu des mouories d' gens et j’lu d'maundais lu qu'min,
Et y-où qu' i surbutaient s' ils 'taient lassaés d' lu viage,
Touot boun'ment, et d'où vyint, pyich' né m' ount répounin.

Mei, j' entends la buulouos', jé sais qu' la mé affole,
Et qu' i y-a d' la minsèr' dauns ma taêt', dauns men quoeu.
mei, j' entends l' rot d' la mé qui chaunte, et rit, et niole.
Fais doun du brit, la mé, j' creis qu' ch' est pouor mei touot seu !

     

Côtis-Capel - Raz-Bannes



Quelque liens pour mieux découvrir cette Normandie sauvage :


1
2


Rédigé par Serge Passions

Publié dans #Cotentin - Normandie

Commenter cet article
P
Merci pour ces images. Je devine que ton poème est beau ! ... Si tu veux avoir la gentillesse de traduire , merci :-) même en Sarthois , ça ne me dérange pas ... Allez bon courage
Répondre
S
Hélas, si j'aime entendre  parler le normand... je ne saurais traduire ce poème...Il n'y a pas un, mais plusieurs patois normands....Celui ci m'a l'air d'être l'un des plus difficile !
M
il n'y a pas à dire, ça me rapelle plein de choses dont des promenades à travers la campagne pour descendre au bord de mer...
Répondre
C
C'est un endroit ou je ne suis jamis allée bien que ce ne soit pa si loin de chez moi : je me suis arretée aux plages du débarquement .Merci pour cette visite virtuelle .Bonne soirée Chris
Répondre