Ruisseau

Publié le 26 Mars 2005


Dans mon pays d'enfance coule un ruisseau. Calme, clair, il fait son chemin, contourne paisiblement les obstacles, tombe en petite chute pour rire.
Il glougloute, glisse dans un bruit mouillé indéfinissable. Pas à pas, je le suis.
Il quitte le bord de la route, descend un peu, longe un chemin de terre, tombe dans un trou !
C'est le lavoir.
La femme des champs lave son linge. Les draps se gonflent, font le gros dos, se noient, ruissellent.
La femme  bat son linge comme un enfant pas sage.
Le ruisseau s'en amuse, puis repart, là-bas, dans les champs ravinés par les pieds des vaches.
De ces lavoirs, il en reste encore, mais beaucoup sont abandonnés. Ils se sont couverts de lentilles d'eau, et on les a oubliés. Seules des grenouilles y vivent encore.
Parfois, il y a des trous sombres qui font peur. Il y aurait des fosses ayant englouti des chevaux ! Il y aurait des monstres, des bêtes malfaisantes…
Légende ! Superstition !
Nous évitions ces trous noirs à la mauvaise réputation. Les enfants passaient au large. Les vieux se revoyaient, enfants, y jetant des pierres pour " tuer la bête ".
Il y avait aussi des puits ou des gens s'étaient noyés, ou la corde n'avait jamais pu atteindre le fond, qu'on avait jamais pu sonder.
Endroits mystérieux redoutés depuis des générations.

Rédigé par Serge Serge Passions

Publié dans #Livres - textes

Commenter cet article

Serge 26/03/2005 11:03

Voilà un "joli" souvenir, bien rural, bien vêcu, "sentant" bon la campagne ! ! comme j'aime les lire. Merci, moyra. :-)

moyra 26/03/2005 10:33

Mes souvenirs refaisant surface à la lecture de ton texte, j'ai brusquement un rire qui est venu au moment où je lisais "par les pieds des vaches"...J'ai revu alors ma petite soeur lors de nos vacances à la montagne. Elle était fascinée par les vaches et un jour qu'un troupeau traversait le village où nous étions , elle s'est mis à observer ces fameux pieds en suivant les vaches..ma mère lui a soudain dit ;" pas trop près pas trop près! " Trop tard la vache a levé un peu la queue et ma fragine a été ...parfumée à la "normande! ha!ha!ha! Je la revois hurlant barbouillée de bouse entièrement!