Ruisseau : suite.

Publié le 27 Mars 2005


Les ruisseaux sont nombreux dans notre pays vert et gras. Je n'ai pas oublié les saules têtards, et leur feuillage argenté, penchés sur l'eau limpide.
Ni les vieux arbres déracinés, dont les surgeons, sortant de l'eau, annoncent la renaissance.
Dans les jonc serrés, les poules d'eau font leur nid.
Les rideaux de peupliers tremblent sous la brise légère, frémissent au moindre vent. Des ronces exubérantes foisonnent dans les haies. Sous la rive creusée se cachent les rats musqués.
Dans ces prés d'un vert sombres, humides jusqu'au cœur de l'été, pousse l'iris jaune, et les fleurs si graciles du " Lychnis fleur de coucou ".
Voici le vol tendu de la grande libellule, corsetée de jaune et de noir, et celui plus gracile de la " demoiselle " bijou volant, aux ailes d'azur et d'émeraude, comme en tissu moiré.
Sur la branche, le Martin-Pêcheur est immobile. Comme un éclair, il s'envole, rase l'eau : reflet d'argent, un vairon lui barre le bec.
Au début de l'hiver, sous la lumière rose, les peupliers se dressent comme des arrêtes de poisson, et les boules du gui roulent sur un ciel monotone.

Rédigé par Serge Serge Passions

Publié dans #Livres - textes

Commenter cet article
S
Savais-tu, Serge, que la vache est une bête sacrée chez nous ? Sa bouse sert de combustible pour le foyer familial dans la plupart de nos villages. Diluée dans de l'eau, elle est également étalée sur les sols ou plaquée sur les murs de maisons d'ouvriers agricoles. En séchant au soleil, cette pâte forme un revêtement qui protège le foyer de l'agriculteur de la poussière et de la chaleur.
Répondre
S
Voilà : j'aime les textes poétiques, mais je ne sais pas faire de poésies... Ces histoires de "pieds" et de "rimes" me bloquent...
Aussi, je préfère la prose poétique ! Et mon maître en ce domaine est le grand auteur : Colette. Elle mettait les poétes bien au dessus des écrivains... Sa modestie l'empêchait sans doute de montrer toute la poésie qui se dégage de ses textes.
Répondre
S
c est des poemes cette facon de conter, ca touche c est incroyable....
Répondre