La maison du bonheur

Publié le 15 Avril 2006


La maison était une grange.
Nous vînmes l'habiter, et ce fut une petite maison pleine de bonheur.
Nous arrivions de la ville, c'était l'été, nous étions émerveillés...
Le rosier moussu sur la façade, et la vigne vierge. Le mur gris près de la route ou couraient les lézards. L'allée bordée d'oeillets mignardise blancs, le poirier qui se couvrirait à l'automne de petites poires à cuire.
Le "pommier d'Amérique" dans le champ à côté, qui perdait ses pommes dans notre cours.
Le grenier merveilleux, lieu de mille jeux, de mille aventures...
Nous l'habitâmes quatre ans, quatre années magiques, coupées de saisons neigeuses, d'étés flamboyants.
Tout était grand, beau, mystérieux !
Les chemins nous appartenaient, les fleurs et les fruits, et la route, et l'école.
Epiceries sombres, remplies d'odeurs, église petite, sonore, avec le son incertain de l'harmonium.

La maison vit toujours... Elle est redevenue une grange... une grange inutilisée...

Moi, j'y sais toujours le fourneau, le petit lit dans la salle, l'escalier, le bord de la fenêtre, et les fourmis qui entrent dans la maison manger le sucre.
La vieille propriétaire qui recevait de ma mère, infirmière d'un jour,  "les gouttes es z'yeux"...
Mon frère qui, apprenant à faire du vélo, rasait une plate-bande de
Dahlias...
Le chat "Minou" qui sommeillait sur de vieux journaux...
Les roses moussues qui sentaient si bon...
La barrière de tôle qui grinçait, et laissait venir le facteur Léopold...



La maison du bonheur
Mon père et ma mère, années 50...



Rédigé par Serge

Publié dans #Livres - textes

Commenter cet article
:
encore un bien beau souvenir qui sent bon le bonheur
Répondre
J
Toutes ces photos parlent à mon coeur, il m'en restent de pareilles au creux des souvenirs... C'est une nostalgie qui fait mal, sans être aigüe, mais très en profondeur! J'ai comme vous, ma "maison du bonheur", mon école à classe unique, mon chemin des écoliers, et l'amour de l'outil photographique!
Bon, c'est comme ça! Tout cela va disparaître ou a déjà disparu...Nous mêmes, cinquantenaires confirmés, allons avoir le même sort! C'est ainsi, dur, fatal,incontournable!
Je suis d'accord avec vous sur notre DEVOIR de résistance et d'INSURRECTION!
Je reviendrai pour aller p^lus avant! C'est un COMPLIMENT, je crois, mais je ne suis pas une REFERENCE en ce domaine!  BIZZZZZZZZz!
Répondre
M
et en plus il y avait un beau soleil.
Répondre
D
c'est vrai... ça respire le bonheurbonnes paques
Répondre
R

Un petit poème pour ces beaux jours de fêtes de Pâques ! Petite poule en chocolat, je vais te croquer la crête, le bec et puis toute la tête ! Petite poule en chocolat, je vais croquer tes ailes si jolies,et puis le bout de tes pattes aussi ! Petite poule en chocolat, tu t'es envolée dans mon ventre rond, de gros grand glouton ! Petite poule en chocolat, Bien au chaud dans mon estomac, tu vas couver une douzaine d'œufs en chocolat Je te souhaite de passé de très bonne fête de Pâques, ………ROSE
 
Répondre
G
Eh Oh ! Les dalhias y s'avaient qu'a pas se trouver là non mais...
Répondre
M
Village de campagne, des visages très attachants, de plus tes parents.Un très beau souvenir et une vive émotion en regardant ces photos.Je te souhaite d'excellentes fêtes de Pâques.Bisous. Marie
Répondre
C

:0014: Bonjour  Serge , bonnes fêtes Pascales . Jolie maison construite à l'ancienne.
Répondre
F
En lisant ce texte empli de souvenir et de sensibilité, je mimmerge dans cette campagne, j'en sens les odeurs, j'en vois les visages burinés et les sourires de gens simples, j'imagine la liberté et le bonheur des enfants ...Merci pour cette très belle page de Vie.Belles Fêtes de Pâques à toi et aux tiens.
Répondre
P
Dieu merci, il reste toutes ces images que tu décris si bien .
Je te souhaite ainsi qu'à ta famille un bon week-end
Joyeuses Pâques
Répondre