Un jeu d'écolier

Publié le 16 Avril 2005



A l'école, le vent d'automne arrachait les feuilles des érables sycomores.
Les écoliers se réjouissaient, car la nature a pourvu ces feuilles de tiges longues et charnues. Quand le temps avait fait disparaître le limbe de la feuille, il restait une sorte de petite matraque : le pétiole.
On prenait entre les doigts le côté mince, et on frappait ses " ennemis " sur le crâne. Cela faisait un " toc" agréable à l'oreille, suivi très vite d'une bordée d'injures digne d'un marin en goguette.
Certains visaient cette partie de l'individu qui, si je puis dire, leur tournait le dos. En remerciement, ils recevaient une ruade qu'ils évitaient prestement.
Les plus cruels visaient les oreilles. C'était considéré comme le coup le plus " vache ", et souvent agresseur et agressé en venaient aux mains. Mais la bagarre ne durait pas, car les professeurs et les surveillants arpentaient la cours.


Publié dans #Livres - textes

Commenter cet article